Noulé zordizour lo Vandrodi 19 Zilyé 2019
Île de la Réunion


Le premier chef de la révolte fut un esclave appelé Jean.

La nuit du 7 novembre, environ cent hommes arpentèrent ensemble les chemins de Saint-Leu.

Le premier chef de la révolte fut un esclave appelé Jean, mis au fer quand la révolte ne faisait que commencer. On n’en sait pas davantage sur lui ; en tout cas, il fut vite éclipsé par trois frères, esclaves du propriétaire Célestin Hibon: Élie, le leader, Gilles et Prudent.

La nuit du 7 novembre, environ cent hommes arpentèrent ensemble les chemins de Saint-Leu. Ils prirent tout ce qui pouvait s’utiliser comme arme et taillèrent même des sagaies dans du bois. La première maison qu'ils virent était vide ; Célestin Hibon, son propriétaire, était absent. Le bâtiment fut pillé et les révoltés partirent avec des pics, des bâtons et des pilons à café.

Arrivant à la maison suivante, ils rencontrèrent le gendre de Hibon, Jean Macé. Il fut assassiné devant sa femme et son enfant, qui s’échappèrent grâce à une esclave fidèle. Euphoriques, les révoltés essayèrent ensuite d’attaquer Pierre Hibon chez lui, mais il était armé et tira, aidé par ses esclaves.

Les insurgés battirent vite la retraite et se regroupèrent devant la maison d'Armel Macé, frère du Jean qui vient d’être tué.

| Page 01 | | Page 02 | | Page 03 |

© Georges Soubou | Ce site utilise des cookies | SITE WEB INDEPENDANT |